BEYROUTH, UNE VILLE À L’ŒUVRE AUX USINES ABROYAN Art

BEYROUTH, UNE VILLE À L’ŒUVRE AUX USINES ABROYAN Art
Spread the love

Islam News – A l’initiative de l’Institut français du Liban, « Beyrouth, une ville à l’œuvre aux usines Abroyan » réunira du 29 septembre au 9 octobre, une exposition en trois volets reflétant le dynamisme culturel de la ville de Beyrouth.

Une série de projections et de débats mettra en lumière la capacité de Beyrouth à se réinventer à travers les architectes qui la projettent, les artistes qui la portent, et les adolescents qui la rêvent.

Les usines Abroyan à Bourj Hammoud, accueilleront cet événement pendant plus de 10 jours.

Une exposition qui s’articule en trois volets !

Sous le prisme des thématiques – l’espace public, l’art et l’adolescence – « Beyrouth, une ville à l’œuvre » rassemble des projets commandés par l’Institut français du Liban durant ces quatre dernières années et qui n’ont pas pu être présentés au public en raison des multiples crises que traverse le pays.

Rez-de-ville, une réflexion architecturale et urbaine sur la ville vue du sol, un projet de recherche international coordonné par l’urbaniste français David Mangin. Avec la contribution des étudiants de LAU encadrée par l’architecte Hala Younes pour le volet Beyrouth. Elle inclut créative collectives, une recherche sur les espaces du collectif à Beyrouth présentée par l’agence Platau pour la Biennale de Séoul en 2019.
A travers une déambulation dans l’usine les visiteurs découvriront les Ateliers d’artistes : 12 entretiens filmés au lendemain de l’explosion du port et réalisés par Pascal Odille et Wissam Charaf. Ces interviews, témoignent de la détermination des artistes et galeristes de Beyrouth qui y livrent leurs histoires personnelles, leurs interrogations, leurs espoirs et leurs désespoirs sur l’avenir du pays.
Les adolescents du Liban seront à l’honneur à travers deux œuvres : Vous les adolescents, le film documentaire de l’artiste Valérie Mréjen projeté en continu. Filmé dans onze collèges à travers le Liban, il donne la parole à des adolescents qui évoquent leur avenir, leurs envies, leurs craintes.
Et Oh Liban ! le projet photographique de Frédéric Stucin, présenté dans l’un des plus beaux ateliers de l’usine, tente de figer le passage entre l’enfance et l’âge adulte dans une période troublée par des mois de crise et de pandémie. A ses côtés, la plateforme Wipplay présentera un diaporama d’une sélection de photos réalisées dans le cadre du concours Histoires d’adolescences.

Un événement ponctué de temps forts !

L’exposition permanente sera associée à de nombreuses rencontres et projections qui réuniront des artistes et architectes de renom.

Jeudi 29 septembre 18h00 – INAUGURATION & VERNISSAGE
« Machines de ville » conférence et projection par Francois Delarozière, directeur de la compagnie de théâtre de rue La Machine. Il y parlera de ses Machines de Ville, architectures mobiles et monumentales destinées à dynamiser l’espace public. Elle sera suivie d’une discussion sur la crise de l’espace public dans des villes pensées par et pour la voiture avec David Mangin et Sandra Frem, modérée par l’architecte et commissaire de l’exposition, Hala Younes.

Vendredi 30 septembre – VISITE, PROJECTION ET DEBATS
17h00 – Visite de l’exposition Oh Liban ! en présence du photographe, Fréderic Stucin

18h00 – Table ronde « Le Portrait », en partenariat avec le Festival Beyrouth Photo, modérée par Marine Bougaran avec les photographes Patrick Baz, Gilbert Hage, Fréderic Stucin et l’artiste Valérie Mrejen.

Ce débat sera suivi de la projection du film Vous les adolescents, en présence de la réalisatrice Valérie Mrejen

Vendredi 7 octobre – PROJECTION ET DEBATS
18h00 – Projection en avant-première de « After the End of the World », en présence du réalisateur Nadim Mashlawi, produit par Georges Choucair qui évoque la disparition de bâtiments iconiques de Beyrouth avec les architectes Georges Arbid, Bernard Khoury et l’artiste Ziad Antar, protagonistes du film.

19h30 – Projection suivie d’une table ronde « Architecture et Mémoire » modérée par Georges Arbid, avec Bernard Khoury et l’architecte français Rudy Ricciotti, auteur du Mucem à Marseille où ils évoqueront la portée mémorielle de l’architecture, la question du port de Beyrouth, son devenir et sa relation avec la ville.

En fil rouge !

Du 5 au 9 octobre – 2 séances par jour : 19h et 21h
« Farha », une pièce de théâtre interactive et immersive de Julien Boutros & Karl Hadifé investira pendant cinq soirs, les appartements d’un immeuble adjacent aux usines. De la triste solitude des habitants à la joie intense de la célébration d’un mariage qui se prépare, le public aura l’occasion d’expérimenter un véritable ascenseur émotionnel de sensations au cœur d’une création originale et inédite.

Ce projet est réalisé avec le commissariat avisé de Hala Younes et la généreuse contribution de Marc Hadifé qui a gracieusement ouvert les portes des usines Abroyan (Union Marks) à l’Institut français du Liban.

Le vernissage aura lieu le jeudi 29 septembre à 18H, aux Usines Abroyan (Union Marks).
Accès libre et gratuit, tous les jours de 16H à 22H.

Islam News